AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci d'aller récupérer votre groupe dans le topic qui se trouvent dans les news ! IMPORTANT > ICI
Qui est donc cette sorcière ??

Partagez | 
 

 Makai Ga, la "Lady Butterfly"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Makai Ga

avatar

Messages : 9

MessageSujet: Makai Ga, la "Lady Butterfly"   Mar 31 Jan - 3:49

Identité




>> Nom : Ga
>> Prénom : Makai
>> Age : 17 ans
>> Groupe Sanguin : A+
>> Origines : Japonaise, mais ¼ française par sa grand mère maternelle
>> Orientation sexuelle : Hétéro
>> Groupe : Rebelle
>> Année scolaire :



Description Psychologique



Qui est Makai ? Pour comprendre son comportement, il faut remonter au tout début de son histoire.
Quand on apprend que son prénom signifie « Enfers », que sa mère s’est suicidée pour se faire pardonner de vous avoir donné naissance et que vous êtes la honte de toute la famille, il y a de quoi tourner totalement fou, ne croyez vous pas ?
Et bien, ce ne fut pas le cas de Makai. Du moins, pas visiblement.

Makai est une jeune femme d’un tempérament qu’on peut qualifier de feu. Elle démarre au quart de tour, n’a pas peur d’une bonne bagarre et sait où frapper pour faire mal, que ce soit avec ses poings, ses pieds ou ses mots. Elle préfère blesser les autres que l’être par eux. Cela va sans dire que sa confiance suit le même état d’esprit. A quoi bon la donner alors que les gens vont forcément vous trahir ?
Makai reste une solitaire, évitant de rester avec les « autres ». Paradoxalement, la jeune femme n’est pas fermée au monde qui l’entoure. Elle est très curieuse et peut s’extasier des heures devant la beauté d’un flocon de neige. Elle est très douce avec les animaux, ce qui explique surement la forme de son pouvoir/don, qui est représenté sous un aspect aussi détaillé que délicat que sont les papillons.

La jeune femme est aussi avide de connaissance. La solitude aidant, elle lit beaucoup. Tous les types de livres l’intéressent, mais elle se passionne particulièrement pour la fantasy et les romans historiques.

Elle a apprit à vivre avec l’idée d’être un « monstre », même si parfois, cela la tient éveillée la nuit. Son unique moyen de rester équilibrée, et d’être la parfaite petite marionnette que les gens attendent d’elle. C'est-à-dire, aller à l’école, faire ses devoirs, manger et dormir. La parfaite petite routine qu’elle exècre pourtant par-dessus tout.
Une part d’elle déteste se faire donner des ordres. Son esprit est très indépendant, rebelle et colérique. Mais sans ordres, elle ne serait plus rien du tout. Son âme est déchirée, ce qui met ses nerfs à fleurs de peau, la rendant instable. Son pouvoir en souffre énormément car dès qu’elle perd pieds, il se déchaine, pompant toute son énergie.
Mais nous parlerons de son pouvoir plus tard. Car Lady Butterfly n’est pas aussi aisée à comprendre que cela.
Pour résumer, je dirais que la jeune Lady est d’un naturel curieux et volontaire. La recherche du plaisir, des surprises, de tout pouvant couper court à cette triste monotonie qu’est sa vie. Une citation lui tourne toujours au fond du cerveau : « La vie n’est que la salle d’attente de la mort ». Elle cherche à se prouver qu’elle est toujours en vie, même si elle doute parfois. Mais si on ressent une émotion, cela signifie que l’on est plus qu’un objet creux, non ?

A coté de sa nature solitaire, Makai adore se balader pieds nu dans l’herbe après la pluie, sentir la terre mouillée et le monde s’éveiller. Un plaisir simple de la vie. Un des seuls plaisir qu’elle a encore.
Une autre de ses habitudes et de créer ses papillons et de les regarder voler, se poser sur elle. Elle leur parle comme à de vrais personnes. Pourquoi pas après tout. Ne sont ils pas l’extension d’elle-même ? Ils sont fatals, dangereux et seuls….la compagnie parfaite pour elle.





Description Physique


Maika est la descendante d’un mariage Français/Japonais, par sa Grand-mère et son Grand-père maternel. Etrangement, elle a beaucoup plus prit du coté paternel. Elle possède le teint pâle propre aux Japonais, de longs cheveux noirs ébène si sombres que l’on croit y discerner des reflets rougeoyants sous le soleil.
De sa mère, et de sa grand-mère avant elle, elle tient les yeux, un mélange de vert profond rappelant les forêts après la pluie, délicatement bridés. Ils brillent toujours d’une lumière amusée et ressemblent à des gouffres sans fond alors qu’elle vous regarde, vous laissant plonger dedans tandis qu’elle semble lire l’âme de celui qui s’y aventure. Ce qui d’ailleurs, à tendance à mettre ses interlocuteurs assez mal à l’aise. Ils sont la seule preuve de son ascendance Européenne.

Ses lèvres sont fines quoique d’un rouge clair, et ses pommettes prennent une nuance rosée alors qu’elle se passionne, habituellement, pour un livre.
Ses cheveux fins, tombent sensuellement en délicates ondulations dans le creux de ses reins.
Son corps est délicat avec des os fins. Sa peau douce et veloutée. Son physique de femme est bien développée cependant. Sa poitrine est bien développée, contrairement à ce que l’on pourrait penser d’une Japonaise. Ses jambes fuselées par les heures de sports, ses hanches généreuses. « Un esprit sain dans un corps sain » avait l’habitude de dire sa grand-mère, l’encourageant à pratiquer les sports de combats autant que de faire preuve d’assiduité dans ses cours de danse qu’elle aurait préféré séchée.

Une taille fine qu’elle a toujours eu lui confère une apparence sensuelle. Ses heures de cours de dance lui offre une démarche gracieuse, que ne fait qu’amplifier sa longue nuque et son dos droit. Elle est assez grande pour une trois quart-Japonaise avec son mètre 69, mais reste cependant plus petite que les hommes qu’elle intéresse.

Malgré sa beauté et son allure, les autres ont tendance à rester à l’écart. Elle a beau posséder de nombreux atouts physiques, aucun ne compense l’aura de danger qui l’entoure de son fardeau. Pour ceux qui savent regarder, et ont le courage de reporter leurs yeux sur elle après la panique première, elle émet aussi une tristesse sourde quand elle laisse tomber ses barrières, ce qui n’arrive pas très souvent. Elle refuse qu’on la voie dans un état de faiblesse. Elle préfère être battue à mort que d’être un objet de pitié et cela se sens. Si jamais elle devine la moindre pitié, elle sortira de ses gonds et frappera sans réfléchir.





Histoire




Makai aurait pu avoir une vie bien différente. La vie qui lui était promise au départ.
Ses parents venaient tout deux de la classe aisée, étaient tombés amoureux, s’étaient mariés et avaient monté le projet d’avoir 3 enfants. Tout était parfait quand la mère de Makai, Sarah était tombée enceinte. Ils attendaient leur première enfant avec impatience et amour.
Quand enfin elle vint au monde, ils l’aimèrent et l’appelèrent Maika.
Les premières années furent merveilleuses, bien qu’elle n’en garde que peu de souvenirs. Alors qu’elle avait 4 ans, sa mère retomba enceinte. Mais l’attention dont ses parents la comblaient ne décrut pas.
Cependant, ils ne tardèrent pas à comprendre qu’elle était…différente.
Maika se mit à créer de petits papillons de lumières qui volaient autour d’elle. C’était magnifique, mais effrayant. Sa mère, le jour où elle le découvrit prit peur et cria sur l’enfant. Terrorisée, elle ne contrôla plus ses papillons, qui mirent alors le feu à la chambre.
Les flammes montaient en puissance, hors de tout control. Sa mère fut brulée au visage, mais son Père arriva à temps pour les sortirent de là toutes les deux.
Sauf que sa mère se mit à la maudire. C’était un monstre. Elle n’était pas sa fille.
Elle se mit à l’éviter. Au départ son Père ne comprenait pas, puis il vit les papillons et eut la même réaction que sa femme, quoi que moindre. Il évitait sa fille, qui désormais, était seule la plupart de son temps. Il ne fallut pas plus d’un mois pour que sa mère se suicide, sautant du haut d’un pont alors que Maika était toujours à l’arrière de la voiture. Au fond de sa mémoire, la jeune fille se rappel toujours de cette journée ou sa mère conduisait trop vite, mais cela amusait la gamine. Heureuse, elle avait créée de petits papillons volant dans l’habitacle, faisant rire sa mère. Elle était trop jeune pour pouvoir comprendre la folie qui l’habitait. Sa mère finit par arrêter la voiture sur le bord du pont, et ouvrit la porte de sa fille.

« Regardes bien, c’est parce que tu es un monstre que je refuse que mon enfant te rencontre. Tu n’es pas ma fille »avait elle dit avec détachement. Puis, dans un rire, elle était montée sur la balustrade et sans un regard en arrière, avait sauté dans le vide.

A partir de ce jour là, son père l’avait appelé Makai. Soit la traduction de Enfers.

Il avait refusé de s’occuper d’elle, la frappant quand elle s’approchait. Ses grands parents maternels l’avaient pris avec eux une fois où il l’avait encore tabassé. C’était la femme de ménage qui l’avait trouvé le lendemain dans son propre sang et emmené à l’hôpital.
Ses grands parents s’étaient occupés d’elle. Ils avaient pitié de cette gamine de leur sang, mais ils prirent soin d’elle cependant.
Ils essayèrent de lui interdire de créer des papillons. Elle avait obéis un premier temps, mais s’était rendu compte que sous les émotions trop fortes, elle perdait le control. De plus, s’était comme s’empêcher de marcher ou de courir, ce qui est impossible pour une gamine qui ne veut qu’explorer le monde.
De plus, plus elle était en colère, plus les papillons devenaient dangereux. Ils se mettaient à brûler tout ce qui était à portée.
A une époque, elle ne savait faire que les papillons de feu qui pouvaient mettre le feu à tous les tissus ou bois inimaginables, uniquement quand elle le désirait. Habituellement, ils se contentaient d’émettre de la chaleur et un magnifique éclat doré. Avec les années, elle se rendit compte qu’elle pouvait se contrôler et les faire apparaitre d’une couleur rougeoyante, qui eux, étaient explosifs. Ils explosaient dans une gerbe de chaleur et un grand BOUM, qui provoquait de petits trous dans le jardin. Plus elle avait grandi, plus la taille des trous avait augmenté. Les Papillons des Enfers.

Le papillon, l’être dénommé psyché par les sages, l’âme. Ils étaient aussi les symboles de la déesse de l’art et de la vie, tout comme celle de la mort et de la guerre. Depuis toute petite, Makai a pourtant décidé que s’ils représentaient son âme, ils ne pouvaient qu’être les représentants d’ Itzpapalotl, la grande Déesse Guerrière.

Ce qui l’a convaincu de cela, bien plus que les mots blessants que lui adressaient ses parents, était l’ultime papillon qu’elle apprit à créer. Le Papillon Faucheur comme elle l’appelait.
C’était un papillon qui semblait fait de brume et de pure obsidienne. Il se posait sur un être vivant –végétal, animal, humain- et aspirait son énergie vitale. Elle s’en était rendue compte alors qu’elle avait 13 ans et s’était bagarrée avec un autre gamin. Très énervée, elle avait perdu le control et avait vu ce papillon sortir. Il s’était posé sur l’enfant qui était devenue de plus en plus pâle avant de s’effondrer au sol, ses cheveux devenant blanc. Malgré la panique, elle avait réussi à le faire se disperser au vent, mais l’enfant était déjà dans le coma.
Ses grands parents déménagèrent et elle ne sut jamais s’il s’en était sorti. Elle ignorait si elle était désormais une triple meutrière, après le meurtre de son petit frère et de sa mère –du moins le pensait-elle-.

Les années passèrent alors qu’elle se renfermait de plus en plus. Sa grand-mère prit peur de son état. Elle fit de nombreuses recherches et finit par trouver l’existence d’un pensionnat spécial, pour les enfants avec un « don ».
Sans hésiter, elle remplit les papiers et y envoya Makai, alors âgée de 17 ans.

C’est ainsi que la jeune fille arriva devant la porte du pensionnat, ses valises en main et guère optimiste de cet « asile de fou ».






Le membre derrière son écran

>> Prénom : Alice
>> Age : 22 ans
>> Niveau de RP : plutôt bon je dirais, mais dépendant de l’inspiration ^^.
>> Présence sur le forum de 1 à 10 : mmmmh….allez, un petit 8 :D
>> Code de présentation : Forever Young !




Revenir en haut Aller en bas
Drewin Kanzaru

avatar

Messages : 253

MessageSujet: Re: Makai Ga, la "Lady Butterfly"   Mar 31 Jan - 20:27

Bien le bonjour et welcome =)


...En esperant que quelqu'un va se connecter pour les présentations x)
Revenir en haut Aller en bas
http://gamers1337.forumactif.org/forum
Makai Ga

avatar

Messages : 9

MessageSujet: Re: Makai Ga, la "Lady Butterfly"   Mar 31 Jan - 20:29

merci :D

oulà...pour un peu tu me ferais peur !!! ^^

Au plaisir de rp avec toi une fois validée ! (j'y crois, j'y crois !!! :P)
Revenir en haut Aller en bas
Inori Yuzu
Fondatrice
avatar

Messages : 1453

MessageSujet: Re: Makai Ga, la "Lady Butterfly"   Mer 1 Fév - 0:25

Bonjour et bienvenue à toi !
Le code est bon, le caractère et la description physique sont très complets ainsi que l'histoire.
Je vois que tu as l'air plutôt calée parce que tu as bien remplit tout les codes comme il faut alors que certains ont vraiment du mal... Ça me fait plaisir :')
En espérant que des gens comme toi vont venir en masse. Je prie, je prie...

Bref je m'attarde pas je te valide et je te met tout de suite dans le groupe des rebelles.
Si tu as des questions n'hésite pas :)
Revenir en haut Aller en bas
Makai Ga

avatar

Messages : 9

MessageSujet: Re: Makai Ga, la "Lady Butterfly"   Mer 1 Fév - 0:27

Je dois avouer avoir eu quelques fausses manip' ^^
MERCIIIII en tout cas :)

yeahhhh, à moi le terrain rp...mouhahahahah (rire satanique)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Makai Ga, la "Lady Butterfly"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Makai Ga, la "Lady Butterfly"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Single Lady - Timberlake Parody
» The Lady
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Lady canichette Toy 12 ans (14) verson
» presentation lady voldemort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuro High School :: Administration ~ :: 
Présentations
 :: Demandes d'inscriptions
-
Sauter vers: